EQUILIBRE ACIDO BASIQUE

Le PH ou potentiel hydrogène, indique le degré d’acidité ; de 0 à 7 c’est acide et de 7 à 14 c’est basique ou alcalin. L’équilibre dit SCHNEBELEN « c’est quand les deux font correctement leur travail ensemble », « chaque organe travaille à un PH très précis et la moindre variation, engendre de gros ennuis ». Le PH sanguin est très précis : artériel 7.4, veineux 7.35. Il ne doit pas varier d’un iota, lorsqu’une mauvaise hygiène de vie, excès de sport associé à un mauvais contrôle de l’alimentation, l’acidifie. Il est en acidose latente, et corrige la situation en piochant des « bases » où il les trouve, c'est-à-dire, dans le calcium du squelette, pour rétablir son équilibre. A force, l’os est fragilisé.

La fracture de fatigue due au « surmenage », surentraînement, et au stress : quelle place fait-on à l’alimentation dans cette pathologie ?

Il ne s’agit là que d’un cas extrême : l’acidose aiguë mène tout droit aux urgences. Mais comment déceler une acidose latente ou AML ?

Il est possible de faire des contrôles par analyses. Le test le plus simple se fait sur les urines matin, midi et soir à l’aide de bandelettes réactives achetées en pharmacie. Si sur une semaine le PH reste inférieur à 6 c’est caractéristique d’une acidose. On peut reprocher à cette méthode un manque de précision. Une fatigue chronique dès le lever, une mauvaise haleine, acidité gastrique, constipation, insomnie, peuvent être des symptômes d’alerte.

Heureusement l’organisme a la parade et peut tamponner et neutraliser l’acidification si on lui en fournit les moyens.

L’ASSIETTE BIEN EQUILIBREE:

 Trois types différents d’aliments :

  1. Les aliments acidifiants : viande, crustacés, poisson, produits laitiers, œufs, mais aussi les céréales raffinées, riz blanc, pâtes, sont à proscrire ou à consommer avec modération. Mais surtout il est déconseillé de les consommer en même temps. Leur digestion produit des acides minéraux dit forts : nitrique, urique.

 

  1. Les aliments au goût acide : citron, vinaigre, oseille, fruits. Ils renferment des acides dits faibles : citrique, acétique, lactique, qui se transformeront en bicarbonates. Ils tamponnent l’acidité.

 

  1. Les aliments alcalins ou basiques : les légumes et fruits frais non acidulés (banane, avocat, raisin bien mûr.... mais aussi les algues et, notamment, la spiruline). Leur forte teneur en calcium, magnésium, potassium, minéraux doux, neutralise l’acidité.

 

Selon Schnebelen pour 100 g d’un aliment de type 1, il faut consommer 500 g d’aliment de type 3, pour respecter l’équilibre acido-basique.

Le laboratoire PILEJE a publié un tableau de PRAL : charge potentielle acide du rein, qui a pour objectif l’équilibre alimentaire acido-basique. Au cours d’un même repas il faudrait équilibrer les + et les -.

Ce tableau est à interpréter car il ne tient compte ni des carbonates, ni des citrates qui alcalinisent, et il s’appuie sur des teneurs moyennes, souvent écartées de la réalité.

Aliments acidifiants :                                                                     Aliments  alcalins                            

Moules                                   +15.3                                                  Epinards                                 -14

Sardines à l’huile                   +13.5                                                  Fenouil                                   -7.6

Saumon                                  +9.4                                                    Persil                                      -12

Dinde                                     +9                                                       Carotte                                     -4.9

Poulet                                     +8.7                                                    Pomme de terre                        -4

Œuf                                        +8.2                                                    Tomate                                   -3.1

Bœuf                                       +7.8                                                    Brocoli                                   -1.2

Canard                                    +4.1                                                    Citron                                     -2.6

Riz blanc                                +12                                                     Noisette                                  -2.8

Fromages                   entre +15 et +20                                            Banane                                   -5.5

Parmesan                                +34                                                     Abricot                                   -4.8

Yaourt                                    +1.5

Lait                                         +0.7

Pâtes et pain de seigle        +5

Pain blanc                              +2

Lentilles                                 +3.5

Flocon d’avoine                     +1.7

En application directe :

Consommer le matin à jeun 15 mn avant le petit déjeuner : une cuillère à soupe de vinaigre de cidre bio et non pasteurisé, ou le jus d’un citron, soit pur soit dans un demi verre d’eau additionné d’une cuillère à café de miel ou de XIVIA. 

Le petit déjeuner pourra se composer de la manière suivante : écraser une ou deux bananes, laisser oxyder 5 mn, ajouter une cuillère à soupe de spiruline en brindilles, une cuillère à soupe d’huile de son de riz, une cuillère à soupe de son de riz, deux cuillères à soupe de graines de chanvre décortiquées, une cuillère à soupe de cameline, deux cuillères à soupe de graines de courges, quelques amandes, noix et noisettes.

Il est très important de bien mâcher pour rendre les aliments plus digestes et parce qu’il faut 20 mn à l’organisme, après l’ingestion de protéines, pour produire le mécanisme de satiété.